jeudi 3 avril 2014

Super-Besch à la rescousse !

C'est sans doute un peu ridicule et présomptueux de dire ça comme ça, mais j'ai toujours été douée en orthographe (et ce qui va avec : grammaire, conjugaison... enfin, langue française, quoi, toutes considérations stylistiques mises à part). Mieux, j'adore ça - et tant mieux, c'est quand même une composante essentielle de mon métier ! Abonnée aux 20/20 en dictée, je participais aux Dicos d'Or de Bernard Pivot au collège (comme tout mon collège, en fait, on n'avait pas le choix... mais j'ai eu droit 4 ans de suite aux finales départementale et régionale, et en 3e, j'avais même été sélectionnée pour la finale nationale... et j'avais raté mon train). Je dois d'ailleurs à ce concours une bonne partie de ma collection de dictionnaires... J'ai voulu m'y remettre il y a quelques années, mais j'ai appris à mon grand désarroi que ça n'existait plus. Heureusement, les Timbrés de l'orthographe ont récemment pris le relais. L'an dernier, pour ma première participation, j'ai aussi été sélectionnée pour la finale à Paris... et l'arrivée impromptue de monsieur Salem m'a empêchée de prendre ma journée. Je retente le coup cette année ; l'épreuve régionale a d'ailleurs lieu ce samedi.

Bref, avec tout ça, je me retrouve régulièrement à corriger les textes de mes amis, que ce soient les publications du blog de Color-Mania (tâche dont je ne m'acquitte pas aussi régulièrement que je le devrais, mais je m'efforce tout de même d'y passer de temps en temps), les CV et lettres de motivation des copines ou les mails pro de mon Ours... et finalement, il y a quelques mois (années ?), au détour d'une conversation qui a dégénéré (comme souvent) et dont le sujet initial m'échappe totalement, je me suis retrouvée affublée du surnom de Super-Besch. Diminutif de Bescherelle, bien sûr. J'ai bien protesté au début, et puis finalement... je m'y suis faite. C'est quand même marrant, non ?

Cette longue introduction pour vous présenter ce qui suit : une liste de 5 fautes de français que je lis régulièrement et qui m'exaspèrent au plus haut point, avec des explications et des astuces pour ne plus les faire. J'en ferai peut-être une rubrique récurrente du blog, je ne sais pas encore, ça dépendra des horreurs que je lirai... et de l'accueil que vous réserverez à ce premier essai, bien sûr.

Allez, c'est parti, on balance.

1. Au jour d'aujourd'hui

La faute : Ce n'est pas vraiment une faute à proprement parler, mais une expression redondante particulièrement agaçante. Le Gorafi envisage même d'instaurer des sanctions.
Il est d'ailleurs précisé dans cet article qu'il s'agit d'une « tautologie doublement redondante ». Pourquoi ? Tout simplement parce qu'« aujourd'hui » veut déjà dire deux fois la même chose ! Ce mot vient de l'expression « au jour d'hui », où « hui » signifie déjà « en ce jour » (du latin hodie, contraction de hoc die)... C'est fou, non ?

Le remède : l'Académie française propose de dire simplement « aujourd'hui » ou « ce jour », voire « ce jour d'hui », vieillot mais tellement classe. On a aussi « à présent », « désormais », « dorénavant », selon le contexte...

Et aussi : « le mois d'avril », « l'année 2014 », c'est la même chose : est-ce que vous diriez « le jour de jeudi » ? Non, alors dites simplement « avril » et « 2014 ». (Je dois avouer que celle-ci, je la fais aussi, mais je fais tout mon possible pour éviter.)

2. Une tentacule

La faute : « tentacule » est un nom masculin, or on le retrouve très (trop !) souvent au féminin. Pourquoi ? J'avoue que je n'en ai pas la moindre idée. Peut-être par analogie avec « molécule » et « majuscule » ?

Le remède : mieux vaut la preuve par l'exemple. Invoquez Cthulhu, il va vous expliquer. Ou libérez le Kraken, comme vous préférez.
Ou dites-vous juste que c'est comme « véhicule » et « crépuscule ».

Ex. : les glorieuses glorieux tentacules de Cthulhu. (Source)

3. Accroc à la drogue/au foot/au tricot

La faute : confusion entre « accroc » (petite déchirure sur un tissu) et « accro » (dépendant, addict en bon franglais).
 
Dans ce cas précis, il y a possibilité de jeu de mots.
Mais j'en doute. (Screenshot perso)

« Accro » est ici l'apocope d'« accroché » (lui-même traduction littérale de l'anglais hooked), et en aucun cas un emploi figuré du mot « accroc ». Racines communes, sens très différents.

Le remède : si vous avez un doute et que vous avez peur de me vexer vous tromper, dites autrement. Pour la drogue, le suffixe -omane est votre ami, et c'est quand même plus classe. Pour les passions débordantes, eh bien, dites « passionné » ou « fan » !

4. La gente féminine/masculine/équine

La faute : confusion, hélas très très très répandue, entre la « gent » (population) et l'adjectif « gente » (gentille ou noble), probablement due au fait qu'on associe le féminin au E final. Attention : à l'oral, le T final ne se prononce pas ! (J'ai souvent envie de faire manger leur micro aux journalistes quand j'entends ça.)

Le remède : apprenez par cœur la phrase : « la gent féminine n'est pas composée que de gentes dames. » Facile !

 
5. Salut, sa va ?

La faute : celle-là, je ne comprends même pas comment elle est possible. Encore, il y a quelques années, quand le Ç était difficile à trouver sur nos vieux portables à touches, à la rigueur. Mais sur ordinateur ou smartphone, aucune excuse !
« Ça » est un pronom démonstratif, forme raccourcie de « cela ». (C'est aussi un concept en psychologie, mais les gens capables de l'employer font rarement la faute.)
« Sa » est un adjectif possessif de la 3e personne du singulier, placé devant un nom féminin. (Et aussi une langue du Vanuatu, mais même remarque que ci-dessus.)
Ils ne peuvent pas s'utiliser l'un pour l'autre et n'ont tout simplement rien en commun à part leur prononciation.

Le remède : si vous pouvez remplacer par « cela », écrivez « ça » ; si vous pouvez remplacer par « ma » ou « ta », écrivez « sa » !
Simple. Merci Tristan pour l'illustration. (Source)
En plus je viens de regarder Sherlock, ça tombe à pic.

8 commentaires:

  1. Excellent article !
    Par contre une question reste en suspens (oui, j'ose :p) : d'où vient ce "c" final à "accroc", si l'origine est la même ? D'autant que ce n'est pas courant comme terminaison... Un rapport avec "escroc" et "croc" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vient d'« accrocher », tout simplement, mais recoupé plus tôt (dans l'Histoire, je veux dire) et donc différemment (mais il est possible qu'il dérive aussi de « croc », en effet, au sens de « crochet »).
      « Escroc » vient de l'italien « scrocco », et « croc » du francique « krok ».

      Supprimer
  2. Ah j'aime bien ce genre d'articles^^ Effectivement, il m'arrive de dire "au mois d'avril", "l'année 2013" et "la gente féminine", mea culpa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé... la prochaine fois, tu penseras à moi et tu le feras plus, hein ? Hein ? :D

      Supprimer
  3. Waou, alors moi je remonte dans tes archives, mais je découvre ton blog après le commentaire que tu as laissé sur le mien et OH MON DIEU que j'aime cet article ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, merci beaucoup ! Venant de toi, ça m'étonne assez peu, je dois dire ;) (ça me fait penser que j'ai un deuxième opus en préparation depuis... longtemps, faudrait que je m'y mette !)

      Supprimer