mardi 25 mars 2014

Frustration cérébrale

C'est agaçant, en fait, tenir un blog. On se dit que ça va permettre d'écrire, de partager des trucs... on voit ce que les autres font et on essaye d'y puiser de l'inspiration... mais on se rend compte que ce qu'on fait est tellement insignifiant en comparaison...

Mon cerveau me frustre. J'ai pas de mémoire, j'ai pas de style, que ce soit en écriture, en photo ou en dessin... j'arrive pas à raconter ce dont j'ai envie, je me sens limitée, handicapée. Je me suis essayée à la fiction, j'ai écrit sous le coup d'une crise d'inspiration trois pages qui m'ont semblé génialissimes sur le coup, mais impossible de trouver comment continuer l'histoire - et maintenant quand je relis le début, je trouve ça dramatiquement mauvais.

Je suis peut-être bonne qu'à traduire, finalement : faire passer les idées brillantes des autres, aucun souci, mais avoir une profondeur de pensée personnelle et parvenir à l'exprimer, c'est autre chose. Je me sens superficielle. Médiocre. Je lis des choses que d'autres écrivent et je me dis ouah... comment c'est possible ?

Je sais pas vraiment à quoi ça tient. Je crois avoir été meilleure que ça (j'en suis quasiment sûre, en fait), surtout quand j'étais en cours bien sûr... il me manque peut-être la stimulation des cours ? des devoirs à rendre ? je lis peut-être plus assez de livres ? (je lis énormément d'articles sur le web, mais c'est pas pareil... et maintenant que j'ai rangé mes bouquins... bref)
Je me suis peut-être trop reposée sur mes acquis ?
Je me mets peut-être trop de barrières ?
Il serait temps que je réactive tout ça.

Voilà, c'est un billet qui sert pas à grand-chose, mais j'avais besoin de faire sortir tout ça. Je pense que je vais le publier mais pas le partager sur les réseaux, on verra bien si quelqu'un tombe dessus quand même.
Je fais pas ça pour me plaindre, c'est juste un ressenti, j'ai pas envie qu'on me rassure ni rien... je voulais juste poser ça là.

Et en relisant, je me rends compte que c'est peut-être ce que j'ai écrit de meilleur depuis bien longtemps... comme quoi, il suffit peut-être que je laisse parler mes tripes et que j'arrête de réfléchir à ce que les gens vont penser.

Au boulot.

13 commentaires:

  1. Dramatique, tu es sûre ? Rhhallez...

    Tu devrais peut-être essayer un atelier d'écriture, ou si ça ne court pas les rues par chez toi, le principe d'écrire des textes courts avec une contrainte de forme et/ou de thème. Il y a forcément des idées sur le net, et c'est pas mal pour constater qu'on est capable de produire quelque chose de correct (j'ai fait ce genre de trucs en Master).

    Et ça a l'air de te tenir à cœur, donc si tu as de l'inspiration, essaie de commencer par une nouvelle plutôt qu'un grand roman, mais même pour une nouvelle, n'hésite pas à établir une structure sur le papier.

    Et sinon, essaie d'écrire régulièrement, c'est ce que conseillent tous les auteurs. Tu te libères 1 h 30 par semaine, sans personne pour te déranger, sans chats, et tu te lances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas oui, je suis sûre ^^'
      Merci pour tes conseils et ton soutien, je vais mettre ça en pratique :)

      Supprimer
  2. Il ne faut pas te dénigrer comme ça dis donc ! Tu es talentueuse dans plein de domaines, il ne faut pas avoir peur de se lancer, tu n'as rien à perdre de toute façon. Si tu as envie d'écrire, écris, après libre à toi de le faire lire ou pas :)
    Donne toi des petits challenges pour avancer doucement, le principal c'est d'avancer et de faire ce qui nous plait après tout ! Les autres on s'en fout (je dis ça mais je comprends bien ce que tu ressens, le jugement des autres et tout le tralala...on a beau dire que ça nous est égal, on l'a toujours dans un coin de nos têtes !).
    En tout cas quoi que tu fasses, moi je te suis et je te lis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me dénigre pas du tout, je fais un état des lieux... je suis pas franchement talentueuse dans plein de domaines comme tu dis, mais plutôt du genre à toucher un peu à tout et à rien faire vraiment bien... c'est ce qui m'agace le plus chez moi, je crois x)
      Mais merci beaucoup pour ton soutien !

      Supprimer
    2. "du genre à toucher un peu à tout et à rien faire vraiment bien"

      Tope là ! Mais justement, notre boulot nous oblige à aller au fond des choses et ne lâcher un texte que quand il est vraiment fini à nos yeux. Nous ne sommes donc pas des cas désespérés !

      Supprimer
  3. Eh bien suite à ce billet, j'ai pu me rendre compte que je n'étais pas la seule dans ce cas, et donc il va y avoir du neuf très bientôt, en collaboration... j'en dis pas plus pour le moment pour pas me griller ^^

    RépondreSupprimer
  4. Bon alors moi du coup j'avais loupé cet article (c'est terrible, je suis sûre que même si des E.T. atterrissaient au bout de ma rue, je serais capable de rien capter si personne ne relaie l'info sur les réseaux sociaux (et quand je dis réseaux sociaux, ça veut uniquement dire FB ou Tumblr pour moi XD))

    Bref, je réagis parce que moi aussi je me reconnais beaucoup dans ce que tu dis, et particulièrement ce passage :
    "Je suis peut-être bonne qu'à traduire, finalement : faire passer les idées brillantes des autres, aucun souci, mais avoir une profondeur de pensée personnelle et parvenir à l'exprimer, c'est autre chose. Je me sens superficielle. Médiocre. Je lis des choses que d'autres écrivent et je me dis ouah... comment c'est possible ?"

    C'est une réflexion que je me fais souvent. La plupart du temps, je m'en accommode parfaitement, je me dis que, après tout, tout le monde ne peut pas être créatif. Mais des fois j'ai ce vieux complexe qui revient. Pas que je ressente spécialement le besoin d'écrire, juste ça me frustre de me dire que si je voulais, ben je serais bien dans la merde. Les rares fois où j'ai pondu des mini trucs pour une raison ou une autre, ça m'a pris un temps fou parce que les mots n'arrivaient pas sortir comme je voulais. Et dans une moindre mesure, ça me le fait aussi dans le boulot, vu que j'ai une grosse part d'adaptation dans la trad de H. J'ai tendance à buter beaucoup trop souvent dans mes phrases (même si ça me vient plus facilement qu'au début quand même) et je sais parfaitement que c'est ça qui me pousse à procrastiner autant pendant mes journées (d'ailleurs, si je lis cet article maintenant, c'est bien parce que je suis passée sur FB, soi-disant pour une pause de 5 minutes), mais bon c'est un autre problème XD
    Donc en fait ça me frustre que ça me prenne autant de temps alors que, somme toute, c'est pas si sorcier, et que chez les autres ça a l'air de couler naturellement (ce qui n'est pas forcément le cas, d'ailleurs, mais c'est du moins comme ça que je le perçois).

    Mais d'un autre côté, c'est pas non plus donné à tout le monde de savoir transposer le boulot d'un autre sans perdre en sens ou en fluidité. Ya encore un mois ou deux, une amie douée pour l'écriture (Nine, d'ailleurs, vu que tu connais son blog) m'a demandé de relire son dernier texte ; eh ben quand je le lui ai rendu avec quelques passages retravaillés en plus des fautes d'ortho corrigées, elle était vachement plus contente du résultat qu'avant mon intervention. Et quand je lui ai dit que c'était pas grand chose, que c'était elle qui avait fait 90% du boulot, elle m'a répondu un truc comme "peut-être, mais ça demande quand même du talent d'arriver à améliorer le boulot des autres. Je mets au même niveau le fait d'arriver à créer et le fait de trouver le bon mot qui va fluidifier un récit, parce qu'avoir des idées c'est bien mais ça ne va pas toujours de paire avec un bon sens du récit ou du rythme" (bon en vrai elle était modeste parce que dans l'ensemble elle se démerde très bien sans moi de ce côté-là).

    Bref voilà, tout ça pour dire que, même si oui, c'est mieux quand on a du talent pour l'écriture ET la transposition, rien que le dernier c'est déjà pas mal. Bien sûr dans mon exemple ça restait dans le cadre du français, mais l'idée est la même qu'avec la trad.
    Bon, ça ne règle pas ton problème, et d'ailleurs jsuis d'accord aussi avec ce que tu soulèves dans l'article qui suit, mais jvoulais au moins dire ça :P (et pardon pour le pavé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "somme toute, c'est pas si sorcier, et chez les autres ça a l'air de couler naturellement (ce qui n'est pas forcément le cas, d'ailleurs, mais c'est du moins comme ça que je le perçois)."

      Ben oui, c'est pas forcément comme ça que ça se passe chez les autres. Et ceux c'est qui c'est vraiment fulgurant, genre ceux qui terminaient l'exam de 4 heures en 2 h 15 et qu'on avait envie de tuer quand on les voyait sortir de la salle, ben ils ont souvent des problèmes pour reprendre après coup, justement, et ils ont besoin d'un œil extérieur pour s'améliorer.

      Après, les grands génies qui sont ultra-rapides ET ont une production parfaite, il y en a sûrement, mais pas énormément, je pense...

      Et sachant qu'en traduction, améliore quand même beaucoup la vitesse avec l'entraînement, il en va sûrement de même pour l'écriture tout court, même si les problèmes ne sont pas tout à fait les mêmes.

      Supprimer
    2. Jaja : tu rigoles ? MERCI pour le pavé ! (j'aime les pavés ♥)
      Bon enfin toi au moins ils ont voulu de toi chez H, moi je me suis trouvée incapable d'adapter leur bazar. Je reste toujours trop proche du texte, y paraît. (C'est que je respecte l'auteur - plutôt sourcière, donc ^^)
      Enfin pour mes écrits perso, mon souci c'est pas tellement la formulation, c'est le fond. Quand j'ai quelque chose à raconter ça vient sans trop de souci, en général...
      (Sinon oui, hélas, on a tendance à plus compter que sur FB pour s'informer et c'est triste, on rate plein de trucs... dont mes mirifiques billets, c'est-y pas dommage x) )
      (et ta réponse m'avait inspiré plein d'autres trucs à dire, mais j'ai trop tardé et j'ai oublié. Quiche un jour, quiche toujours !)


      4F : tiens, un nouveau pseudo par ici... j'arrive pas à savoir de qui il s'agit... mystère mystère.
      "ceux qui terminaient l'exam de 4 heures en 2 h 15 et qu'on avait envie de tuer quand on les voyait sortir de la salle" : ah, c'est moi ça ! j'ai toujours eu du mal à passer plus de temps que nécessaire sur quoi que ce soit. C'est aussi un de mes problèmes, d'ailleurs, j'ai du mal à me relire et fignoler, je me fie trop à mon premier jet.

      Supprimer
    3. Bah, tu sais, la sourcièrerie ne résiste pas à l'usage, sur les romans popu.
      Moi, je ne me suis pas relue avant... d'être traductrice. J'ai toujours été "premier jet", mais à tendance procrastineuse qui regarde les mouches voler dans la salle et cherche le moindre prétexte pour se déconcentrer, donc toujours parmi les dernières à rendre. (À part en langues parce que bon, faut pas déconner.)
      J'ai appris à peaufiner en relisant les autres : là on se dit, hors de question, jamais je rends un truc comme ça. Et aussi en me faisant relire, parce quand on a de bons correcteurs, c'est vachement précieux.
      J'ai horreur de me relire quand même, hein, parce que c'est pas palpitant, mais j'arrive à des améliorations satisfaisantes.
      Tout ça pour dire que ça peut venir avec l'âge...

      Supprimer
  5. Hélas, moi aussi, parfois, je me déçois. J'ai un projet de roman vraiment trèèès intéressant, c'est juste que... j'ai pas encore trouvé l'intrigue ! ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha x) mais si t'as pas d'intrigue, c'est quoi ton projet ? ^^

      Supprimer
    2. Des personnages très intéressants, profonds, spirituels et auxquels on s'identifie facilement, avec une toile de fond absolument passionnante, peut-être :) ?

      Supprimer